Vents contraires

Exposition des œuvres de Anita Wagner - Du 4 au 18 mars 2022.

Vernissage le samedi 5 mars à 19h.



Peut-être ai-je commencé à peindre simplement mais sans hasard.

Du naïf, des paysages et, des portraits à travers ma liberté devenus plus sombres, plus construits avec le temps.

Mon jeu de couleurs a donné lieu à six séries d’œuvres, chacune déclinée en douze tableaux annonciateurs d’étapes.

Le fil raconte l’Espagne, mes ancêtres réfugiés. C’est un hommage à ma mémoire, à ma reconquête sensible de l’histoire espagnole. Faite de collages, de tissus et acrylique elle représente l’histoire espagnole à travers la guerre d’Espagne, la Retirada, les camps d’Argeles.

Le bleu sans alphabet connu est la rencontre entre les lettres poétiques


et les vastes nuances du bleu. Une explosion artistique et poétique autour de la couleur et surtout des bleus qui sont à la source de mon inspiration, comme le corps qui dans chacune de mes œuvres va apparaître. Tous les bleus sont concernés. C’est une invitation au voyage dans le bleu avec toutes ses nuances dans mon univers synonyme d'émotion. Je m’y suis affirmé par la matière et l’acrylique, le jeu est devenu je. J’ai cherché et je cherche encore le passage du sombre à la lumière, de l’obscur à la clarté, quête d’un absolu.

Destinerrance a révélé avec évidence tout le chemin parcouru. J’amorce alors une peinture nouvelle, j’explore de nouvelles couleurs, je façonne avec de nouveaux outils. A ce moment j’épure ma pratique qui s’approche de l’essentiel. Se connaître en s’exposant. Pour Destinerrance, le lieu de départ a été « la chapelle Saint Hippolyte », lieu de symboles, de recueillement et d’histoire. Chaque tableau représente une étape, comme celle d’un homme qui avance dans sa quête, et dans son errance : du sombre à la lumière, de la lumière au sombre ; la dualité. Cette série a été le moyen de mettre en relief ma réflexion sur l’errance de l’âme et des hommes, entre le visible et l’invisible.

La métaphysique du chaos est annonciatrice de notre monde. Ordre et désordre. Acte politique de soi dans un abstrait du construit. Elle représente égaleme


nt les grands ma


ux de notre civilisation.


Je souhaite retracer la place de la nature dans un monde de plus en plus industriel, et le poids de l’homme sur cette nature. En effet la nature contient pour qui veut bien la contempler la plus profonde des métaphysiques, la conviction qu’elle recèle un mystère irréductible sur l’existence. Pourquoi le chaos nous fait-il peur ? Après tout le chaos n’est qu’un espace immense indifférencié préexistant à toutes choses et notamment à la lumière où tout semble inorganisé, désordonné, confus et obscur. A travers ce projet, attiré en tant que peintre par l’obscure profondeur des abîmes et des âmes, cette Métaphysique du Chaos reste le cheminement de l’obscur à la lumière. Le monde à travers mes peintures, devient en même temps ordre et désordre, cohésion et chaos sans lesquelles il n’y aurait plus de fils conducteur.


Dans cette démarche artistique j’interroge le chaos sous différentes formes, en les


interrogeant au-delà des apparences matérielles dans une sorte de métaphysique.

L’abstrait est devenu mon moyen d’expression artistique. J’y trouve un écho à mon rythme, à mes formes et à mes couleurs.

Confinement est une combinaison de figurations et d’abstrait, de laquelle naissent des êtres aussi étranges que sont les habitants de cette terre, s’ils étaient soumis au regard inquisiteur d’un être suprême, autre que celui de leur créateur. Cette série est un retrait du monde vécu, l’ouverture à un imaginaire réjouissant.

Vents contraires est pour moi la nécessité de résister : résister dans ma peinture, résister pour débusquer l’humain là où on ne va pas le chercher. Il est toujours possible de voir dans mes peintures la référence humaine, de faire l’expérience en partant du sensib


le, voire de la simple sensation d’un visible insaisissable.

Couleurs

Mes peintures sont des couleurs en soi ou l’autre essaye de se projeter. Que voit-il ? Un miroir de son âme, des lointains et urbains. Les hommes sont devenus invisibles à l’œil mais restent visibles à travers la lumière.

Couleurs généreusement étalées ou bien empâtées. Couleurs primaires; La couleur est la matière même de ma peinture, la substance des choses, en mêmes temps qu’elle constitue l’espace pictural. Les formes, ne procèdent pas de ligne abstraite, d’une idée, mais sont pétries dans la matière dont elles sont faites. La couleur constitue la forme, de deux façons. Dans un premier temps, elle me confère l’énergie qui la fait exister, exprimant la puissance sans laquelle elle ne saurait s’affirmer là. Plus tard, c’est toute ma toile qui sera habitée par la couleur, comme traversée par des flux d’énergie divers, la forme apparaissant alors comme une concrétisation singulière ; j’entends par là qu’elle relèverait simplement du « on », de ce pré-individuel, anonymat dans lequel on ne croit se retrouver qu’à condition de se perdre.

La lumière ne provient pas d’une source extérieure, transcendante. Inséparable de l’ombre, elle est mode d’exploration, d’investigation de ce qui s’expose sur ma toile, immanente aux formes et à l’espace dont elle est une expression.

La toile devient mon territoire imaginaire que le spectateur est invité à parcourir, à explorer, voire habiter.



Territoire

Il né par une simple étendue, une composition de lieux différenciés, hiérarchisés, espace de cheminement, d’ancrage, d’appartenance. La surface peinte expose un parcours, que j’ai habitée, dont la touche nous en montre les traces et le rythme ; parcours de l’œil qui n’est pas contraint ou guidé, mais qui simplement sait ne pas être le premier occupant, ne pas être seul dans son cheminement.

Résister dans ma peinture

Résister, pour débusquer l’humain là où on ne va pas le chercher, tel est la rage qui m’anime. La peinture est pour moi une manière de penser : ma sensibilité, mon imaginaire se conjuguent avec réflexion. Le rapport que j’entretiens avec l’abstraction est troublé. Il est toujours possible, comme les titres eux-mêmes l’évoquent souvent, de voir dans mes peintures la référence humaine ; de faire l’expérience, en partant du sensible, voire de la simple sensation, d’un visible insaisissable.

« Cerné par la haine j’ai appris qu’il y avait en moi un amour invincible, cerné par les larmes j’ai appris qu’il y avait en moi un sourire invincible, cerné par le chaos. J’ai appris qu’il y avait en moi un calme invincible. Aussi fort que le monde pousse contre toi il y a en moi quelque chose de plus fort de mieux poussant en retour ». (A. CAMUS).







Exposition visible tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 17h. Le dimanche de 15h à 18 h.



Open Space galerie d'art associative


8, rue Garenne 34200 Sète

openspacesete@gmail.com - www.openspacesete.com


118 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout